Bilan un stade pour l'Afrique 2012

Publié le par Association Un Stade Pour la Solidarité

Le projet consacré cette année à l’Afrique a regroupé cinq initiatives : Montpellier, Gennevilliers, Lyon/Vaulx-en-Velin (projet Somalie) et Nantes. Il s’agit effectivement d’une chute vertigineuse comparée à la mobilisation qu’a suscitée « Un stade pour Gaza ».

Nous pouvons expliquer cela en plusieurs points :

 

 

 

afrique foot


·         La toile que nous avions réussie à tisser un peu partout en France regroupait essentiellement des membres d’associations pro-palestiniennes qui ne se sont pas tous reconnus dans ce projet pour le Mali. L’effectif s’est donc considérablement réduit.

 

 

IMG_1064.JPG

·         Un manque crucial de moyens : Peu de bénévoles, peu de dons, peu de mobilisation d’associations (malienne, humanitaire, sportive etc.), des intempéries (les cinq villes qui ont organisé leur tournoi ont eu de la pluie, ce qui a fortement fait baissé la sensibilisation et la « consommation solidaire » (buvette, tombola etc…) sur place). Seul Vaulx-en-Velin a pu bénéficier d’un gymnase.

 

 

·         Un contexte géopolitique inattendu… : Lorsque nous avions décidé d’orienter notre second volet vers le Mali, nous ne nous attendions pas à voir la politique du pays basculer aussi brutalement. Il a fallu une nouvelle fois prendre nos précautions et nous détacher du problème politique et religieux dans lequel le Mali était en train de s’engouffrer. Il est toujours difficile d’agir lorsqu’un pays se fragilise à ce point, il se passe  toujours malgré nous un report du conflit sur le territoire français, ce qui ajoute encore aux difficultés.

 

·         Choc culturel ?  Dans certaines villes comme à Montpellier par exemple, il a été plutôt compliqué de se rapprocher d’associations culturelles (africaines) pour aider à la sensibilisation et apporter de nouvelles équipes. Malgré tout une petite association locale de femmes congolaises ont aidé à l’organisation et s'est réunie pour cuisiner pendant le tournoi. A Vaulx-en-Velin en revanche, il y a eu des associations culturelles qui ont fait des spectacles, de la cuisine du Mali, des activités diverses etc. Nous avons réussi malgré tout à réunir du monde un peu partout, en drainant cet esprit communautaire que l’on pouvait parfois observer et qui pose problème à nos aspirations universelles. Un point important que nous devons creuser et travailler sans cesse.

 

Nous souhaitons dans l’idéal réussir à faire comprendre à tout et un chacun que nous défendons les droits des enfants partout et quel qu'ils soient. Faire également reculer la misère en France, et nous battre pour le droit de vivre dignement : « La misère a un caractère universel qui transcende les cultures » (Jim Fergus), comme ça tout est dit.

·          

Malgré tout nous avons eu le plaisir de retrouver la plupart des équipes de football qui s’étaient mobilisé l’an dernier, et qui sont venues de manière solidaire. Nous avons eu le plaisir aussi de découvrir de nouvelles personnes, de tout âge et de tout horizon, qui nous ont enrichies et nous ont beaucoup apporté. Un stade pour l'Afrique a été un véritable élan vers la mixité culturelle et la découverte de l'autre, et ce, dans chacun des tournois qui ont été organisés. 

 

Il faut savoir que lorsque nous avons créé notre association, notre principal objectif était de faire en sorte que nos projets perdurent sur le long terme. Les suivres ensuite, organiser d'autres projet pour les alimenter et les faire évoluer.

Nous avons mobilisé une trentaine de villes en 2011, cinq villes en 2012…alors tant qu’il y aura des personnes motivées pour continuer le travail de sensibilisation de la jeunesse en France nous serons là.

 

De plus, grâce aux différentes pages que nous tenons sur Facebook (environ une dizaine) nous pouvons désormais informer et tenir à jour quasiment 4500 personnes, ce qui a toujours été pour un bon moyen de nous faire connaitre et de motiver nos jeunes. Voici donc en quelques points une synthèse de notre projet « Un stade pour l’Afrique 2012 » :

 baroque

 

Sensibilisation :  

La sensibilisation a sans doute permis d’enrichir aussi bien nos visiteurs, nos footballeurs et nos jeunes que nous-même finalement. Le Mali, sa culture et son histoire ayant été dans l’ensemble pour nous un terrain un peu inconnu. Nous avons essayé par différents canaux de transmettre des informations sur ce pays qui gagne à être connu. Nous avons renouvelé notre jeu de l’oie à Montpellier, invité des associations ayant déjà des projets en Afrique (Mali et autres pays frontaliers) à Gennevilliers, organisé des jeux ludiques et éducatifs à Vaulx-en-Velin. Le travail de question-réponse a aussi été mis en place de manière générale. Les difficultés climatiques ont parfois rendu les activités extérieures impossibles, mais nous nous sommes rendu compte d’un phénomène plutôt positif cette année : Il y a eu de nombreux (ses) nouveaux bénévoles, qui sont venus donner un coup de main, et qui venaient pour la plupart de réseaux sociaux ou qui nous ont connu grâce à nos affiches ou grâce au bouche à oreille. Nous avons été agréablement surpris de l’intérêt qu’a eu ces bénévoles sur lesquels finalement on n’attend pas grand-chose au départ (le monde virtuel étant plutôt aléatoire). Et finalement ces personnes-là ont non seulement appris des sur le projet mis en place au Mali, son histoire etc., mais nous ont contacté ensuite afin de continuer à nous aider dans le futur. Une expérience enrichissante en somme, pour nous tous.

 

Sponsors :

            Tout comme l’an dernier, les sponsors ont été surtout locaux (Snack, boutiques familiales). Notre communication a été un peu la même que l’an dernier mais de manière plus indépendante. Chaque ville s’est démarquée par son imagination (débordante d’ailleurs !), et nous avons pu notamment avoir l’aide de quelques graphistes qui put ont valorisé notre projet par leur travail. Ainsi nous avons pu créer affiches, avec notre logo (crée par notre ami Mohamed SCHIMTH de Nîmes), des flyers etc.

Il ne faut pas oublier que dans pratiquement toutes les villes les mairies se mobilisent, et pour certaines villes comme Vaulx-en-Velin ou Gennevilliers, nous financent une partie du projet. Elles nous offrent également les coupes, des médailles, des casquettes etc. pour les participants au tournoi.

 

Le projet SOW :

            Nous avons décidé cette année de nous concentrer sur un seul projet au Mali cette année, celui de l’association « SOW » (Smiley for the Orphans in the world), une association que nous connaissons bien, car la présidente de cette association, Sokouana Gary, a aidé à l’organisation de l’un de nos tournois pour les palestiniens en région parisienne.

Le projet concerne le petit village de Bagama, dans la région de Kayes, au Mali. Il s’agit de créer une école et d’exploiter le terrain situé à proximité pour en faire un petit centre sportif. Les fonds que nous avons récoltés cette année serviront à aider ce projet à avancer et à être mené à bien. Voici le calendrier de l’association SOW (certaines activités ont dues être reportées à cause de l’instabilité politique du pays.)

 

MAI 2012 : Visite du village de Bagama pour l'analyse des sols afin de commencer les travaux de forages pour la construit d'un puits.

NOVEMBRE 2012 : Distribution de matériel scolaire et lancement des travaux pour la construction d'un puits.

 

Pour en savoir plus sur le projet Bagama, nous vous invitons à visiter leur site Internet, et/ou à prendre contact avec la présidente de l’association :

Em@il: contactsow@ass0.fr

Site : www.sow-asso.fr 

 

 

 

RECETTE 2012: 4000euros!!!!!

 

Commenter cet article